Soins de bébé : Il a horreur du shampoing

Depuis qu’il sait marcher, votre tout-petit se précipite dans la salle de bain dès le retour de la crèche ou de chez nounou, et jette dans la baignoire tous ses jouets préférés.

Son bonheur est à son comble quand il plonge ses pieds et ses fesses dans l’eau chaude.

Seul point noir, le moment du shampoing qui déclenche chaque fois des hurlements.

D’où vient sa peur?

Il grandit

Ce rejet de l’eau sur sa tête arrive souvent brutalement. Au nourrisson ravi de ces ablutions succède un bébé crispé, hurlant, furieux de ne pas maîtriser la situation. Le revirement survient généralement à l’âge des premiers pas. La peur d’un enfant qui commence à marcher est de perdre l’équilibre, surtout au moment où vous le penchez en arrière pour lui rincer les cheveux. Il réagit aussi à une contrainte venant des parents. C’est le signe que son caractère s’affirme. Dans le bain, votre enfant joue. plongeant ses canards sous l’eau, il fait de grandes découvertes scientifiques. le fait qu’on lui savonne les mains et le dos ne le dérange pas vraiment. mais quand on lui impose d’arrêter ses jeux pour se laisser inonder la tête, il manifeste sa désapprobation!

Une mauvaise expérience

Parfois, une mauvaise manœuvre a déclenché le problème. c’est l’histoire du shampoing qui coule dans les yeux, de l’eau trop chaude ou trop froide qui sort de la douche. l’enfant se met à hurler, le papa ou la maman s’affole, perd son calme. La fois suivante, il faudra faire preuve de patience et de douceur pour rétablir la confiance. dans certains cas, le fait de prendre son bain avec un frère ou une sœur plus âgé peut aussi poser problème. Si le plus petit se fait régulièrement et copieusement arroser par le plus grand, qui trouve amusant de lui déverser le contenu d’une petite casserole sur le crâne, il peut finir par prendre en grippe toute arrivée d’eau sur sa tête. certaines aversions pour le shampoing peuvent venir de ces arrosages intempestifs. La cohabitation est parfois davantage appréciée quand le bain commun est exceptionnel.

Mettez-le en confiance

Décrivez vos gestes

Les choses sont toujours mieux vécues quand elles sont anticipées. Au lieu de prendre votre enfant par surprise ou simplement de précipiter les choses afin d’en finir au plus vite, prenez le temps de lui annoncer le déroulement des opérations : « Maman va te laver les cheveux. je vais te mouiller la tête, mais tu n’auras pas d’eau dans les yeux. » Si la douche le hérisse, proposez-lui une autre méthode pour le rincer : avec un gant de toilette, un petit gobelet rempli d’eau… Soutenez sa nuque, mais incitez-le à mettre seul sa tête en arrière.

Évitez-lui les désagréments

Essayez de comprendre ce qui l’ennuie. Si vous lui lavez toujours la tête au début (pour faire le plus dur en premier et le laisser jouer ensuite), sa mauvaise humeur peut venir du fait qu’il a froid. le fait de mouiller la tête accentue la perte de chaleur corporelle, ce qui peut affecter certains bébés frileux ou peu dodus. Il suffit de changer l’ordre des choses. Si c’est l’eau dans les yeux qui l’ennuie, proposez-lui un gant ou une visière spécialement conçue pour protéger les yeux. Plus simplement, le fait d’espacer les séances peut suffire à calmer les tensions. Un jeune enfant n’ayant ni séborrhée ni pellicules peut survivrez avec un shampoing par semaine.

Faites-en un jeu

La clé du succès réside dans votre attitude : si vous êtes calme, votre petit le sera aussi. Pour vous détendre, chantez « bateau sur l’eau » ou une comptine qu’il apprécie. Vous pouvez l’aider à surmonter son appréhension en le laissant jouer à shampouiner ses poupées. Vous lui offrirez à la fois une séance de patouille et la possibilité d’exprimer ses craintes, de mettre en place des stratégies de contrôle.

Il refuse carrément le bain

Cette peur de l’eau ne survient pas sans raison. Votre bébé réagit soit à un incident passé dont il garde un mauvais souvenir, soit à votre propre inquiétude. Même si vous avez l’impression de ne rien lui montrer, il ressent votre malaise. Posez-vous les bonnes questions : que redoutez-vous pour votre enfant? Qu’avez-vous redouté vous-même étant enfant? Y répondre donne la plupart du temps la clé du problème. Si le blocage persiste, pourquoi ne pas essayer la solution des bébés nageurs? Renseignez-vous auprès des piscines proches de chez vous. Cette activité qui permet aux parents et aux enfants de jouer ensemble en toute sécurité, dans un bassin à 32°C, encadrés par une équipe de professionnels, donne l’occasion à tous de retrouver le plaisir de l’eau.

Partagez cette page: Facebook Twitter Pinterest Google Plus StumbleUpon Reddit Email

Continuez votre lecture avec

Laissez un Commentaire