Sexualité : Faire l’amour pendant le premier trimestre

début de grossesse et sexualité

Votre grossesse peut être une période exceptionnellement évolutive sur le plan sexuel.

En prendre conscience avec votre compagnon est la meilleure garantie d’un enrichissement de vos relations sexuelles. C’est pourquoi le texte qui suit doit particulièrement être lu à deux. J’espère qu’il vous sera utile, car il n’est pas toujours facile d’aborder les détails de la sexualité en consultation.

Avant la conception, d’après des études récentes, plus d’une femme sur trois ne ressent pas de plaisir lors de l’acte sexuel (41% d’entre elles).

Elles ne sont généralement pas du tout frigides, mais elles n’éprouvent pas de jouissance pour deux sortes de raisons:

- des raisons physiques : leur partenaire n’a pas trouvé le rythme et l’habileté nécessaires dans ses caresses;

- des raisons psychologiques : elles éprouvent des blocages liés à des interdits, des traumatismes, à certaines scènes observées pendant leur enfance.

La réactivation de ces problèmes, dans cette période de métamorphose pour la femme qu’est la grossesse, est la source de fluctuations bien normales dans le désir de l’un et de l’autre partenaire. Bien sûr, un couple en harmonie vivra plus facilement cette transformation, mais, si votre relation est fragile, profitez de cet état pour vous parler et trouver l’occasion d’une nouvelle relation. Un respect mutuel, l’écoute et l’échange de vos émotions respectives vous aideront à vivre cette grande aventure dans une complicité accrue, qui aura une influence salutaire sur l’équilibre ultérieur de votre couple.

Vous devez absolument être rassurés tous les deux sur cinq points

1 toutes les futures mamans pourront retrouver leur silhouette antérieure à la grossesse et préserver leur féminité.

2 votre appétit sexuel, après quelques fluctuations en tout début et en fin de grossesse, redeviendra le même. Si l’un de vous connaît une diminution de désir, c’est le moment pour vous, futur père, de chérir votre compagne et de la rassurer sur elle-même;ainsi serez-vous là lorsque sa soif de tendresse et d’amour se réveillera: en effet, l’orgasme n’est pas amoindri par l’état de grossesse.

3 il n’y a aucune contre-indication aux rapports sexuels pendant les premiers mois d’une grossesse normale; on ne risque pas de faire mal à l’embryon, bien protégé par le muscle utérin et le col, long et fermé; aucune position n’est particulièrement indiquée ou nocive; chacun doit être simplement attentif à l’autre.

4 la pénétration et l’éjaculation ne comportent aucun danger infectieux dès lors que vous n’êtes ni l’un ni l’autre atteint d’une maladie sexuellement transmissible.

5 l’orgasme féminin, même s’il est vrai qu’il provoque des contractions utérines pendant parfois une demi-heure, ne peut pas entraîner de fausse couche.

La fréquence des rapports sexuels pendant la grossesse

Il n’y a aucune norme dans ce domaine. L’équilibre d’un couple est fonction non de la fréquence des rapports, mais de la satisfaction trouvée par chaque partenaire. Vous ne devez pas être pessimiste si vos relations sexuelles s’espacent pendant cette période. Cela ne veut absolument pas dire que votre appétit sexuel ne se réveillera pas pleinement après la naissance. Nous en reparlons dans l’article sur la sexualité après l’accouchement.

Cependant l’abstinence totale, non compensée par d’autre approches sexuelles, caresses manuelles ou buccales, rend agressif. Cette agressivité pourrait ensuite se reporter sur l’enfant, qui serait alors considéré comme le symbole de la perte de plaisir sexuel. Soyez donc chacun attentif à répondre au désir de votre partenaire, par des rapports sexuels ou par des manifestations de tendresse et d’admiration, par des caresses. Quel que soit le rythme de vos rapports sexuels, partager vos émotions et vos interrogations nouvelles est la plus grande source d’amour.

Le vécu psychologique de la femme

La preuve de votre fécondité est le fait d’être libéré de la contrainte d’une contraception peuvent avoir des effets positifs pour vous deux, mais, le plus souvent, le désir féminin diminue progressivement pendant les premiers mois de grossesse.

Si elle n’est pas stimulée par des témoignages d’amour et des caresses, la femme a tendance à se replier sur elle. Ne forcez pas le désir de votre compagne. La tension nerveuse qui s’ensuivrait aggraverait fatigue et nausées. De plus, l’homme qui cherche à comprendre ce peu d’intérêt a plus de chances de réveiller la sexualité de sa partenaire.

La crainte de ne plus séduire son compagnon, du fait de la transformation de son corps, est l’une des causes les plus fréquentes de la baisse du désir féminin. La femme confiante dans la persistance de sa séduction ressent souvent plus d’intérêt pour la sexualité. Elle sera même parfois habitée de nouveaux fantasmes érotiques. L’homme doit donc savoir valoriser sa compagne et son nouvel état pour être convaincant; il lui faut, par exemple, montrer de la tendresse pour l’arrondi progressif du ventre de sa compagne et, après cette courte période de 9 mois, l’aider à retrouver la ligne, certes un peu différente, mais encore plus féminine. La femme enceinte se cherche entre ses rôles d’amante et de mère, l’homme peut l’aider à trouver cet équilibre: de la confiance en l’attirance qu’elle continue d’exercer sur son compagnon dépend donc en grande partie le désir de la femme.

Les difficultés vécues par le couple ne sont pas les seules à perturber la sexualité féminine. Les conflits datant de l’adolescence ou de l’enfance, ainsi que les modèles parentaux, l’influencent profondément. Les femmes sont généralement libérées de la tutelle familiale – nous n’en sommes plus au temps où la femme était amenée en consultation chez le gynécologue par sa propre mère; aujourd’hui, elle vient plutôt seule ou accompagnée de son conjoint ou de son compagnon. Elle peut aussi rester marquée par les épreuves qui sont liées à la maternité: elle a pu suivre un traitement pour stérilité ou avoir eu des accouchements prématurés par exemple. Si elle est fille unique, elle sera aussi souvent plus inquiète pour sa grossesse. Une anxiété intense peut entraîner des douleurs pendant les rapports, la pénétration devient douloureuse, l’entrée du vagin s’y refusant totalement.

De nombreuses réminiscences psychologiques peuvent entraver le plaisir sexuel pendant la grossesse, plus qu’à toute autre période. Sachez les analyser pour les surmonter et n’hésitez pas à en parler avec votre médecin, qui vous aidera à trouver les origines de vos appréhensions.
Le vécu psychologique de l’homme

Il est aussi en pleine mutation à cette occasion. Comme on dit aujourd’hui aux États-Unis, l’homme est pregnant (enceint). Le père, s’il est enfant unique, est plus anxieux et a tendance à se montrer plus réservé sur le plan sexuel. L’angoisse masculine face à l’inconnu que représente le bébé in utero, l’ambiguïté du désir de paternité, l’inquiétude sur les changements de mode de vie que provoquera la venue du bébé peuvent être autant de sources de maladresse sexuelle.

La crainte de ne pas voir grandir le bébé en cas de séparation, très souvent exprimée aujourd’hui par certains hommes, les conduit, pour éviter une trop grande souffrance, à se protéger contre un attachement précoce. L’homme revit aussi sa relation avec sa mère. Essayez tous deux de parler librement de tous ces problèmes, de façon à trouver ensemble le meilleur moyen d’analyser vos sentiments réciproques et de renforcer votre complicité.

Un climat de vie détendu favorise l’entente sexuelle pendant la grossesse

On sait que le stress modifie l’équilibre hormonal. Aussi, des inquiétudes pour l’avenir de l’enfant à naître, le surmenage ou des transports épuisants ne peuvent que jouer un rôle néfaste sur la sexualité, en particulier féminine.

La future mère ne peut simultanément courir après le temps et, le soir, se trouver détendue. Partagez les astreintes matérielles de façon à rester complices, même dans le surmenage. Confiez-vous mutuellement vos appréhensions quant à vos responsabilités. Acceptez d’entendre les sentiments ambivalents de l’autre quant à cette nouvelle donnée familiale: cette écoute mutuelle entretiendra votre complicité. J’espère que l’entourage des jeunes couples lira ces quelques lignes de façon à les aider car la solidarité familiale, affective autant que matérielle est indispensable pour qu’une naissance soit vécue dans les meilleures conditions.

Les modifications du corps de la femme peuvent changer le comportement sexuel du couple

- les seins sont gonflés et souvent hypersensibles; l’homme peut lécher doucement les mamelons et caresser légèrement les seins; il faut éviter les aspirations vigoureuses, les mordillements et les pressions fortes qui pourraient être très douloureux et rebuter votre compagne pendant toute la grossesse.

- la muqueuse vaginale est très vascularisée, ce qui augmente son épaisseur; vous aurez donc l’impression d’un vagin plus étroit, ce qui peut être agréable, à condition que la pénétration se fasse doucement,

- les sécrétions vaginales sont plus abondantes, ce qui lubrifie le vagin et rend les rapports plus faciles, mais peut, à l’inverse, gêner le maintien de l’érection en rendant le contact moins perceptible,

- les grandes lèvres, les petites lèvres et le clitoris sont hypertrophiés, plus foncés qu’auparavant et hypersensibles; plus que jamais, les caresses sont bienvenues, mais elles doivent être légères et ne jamais se faire sur la muqueuse sèche.

- l’hypersécrétion des muqueuses peut aussi modifier les saveurs et parfums vulvaires.

Pendant la grossesse, la douche fraîche avant les rapports calme la congestion des muqueuses; les caresses préalables sont plus que jamais porteuses de plaisir réciproque, la langue est plus habile que le doigt sur ces muqueuses hypersensibles; le rapport sexuel doit rechercher l’émotion sans violence, le plaisir en sera d’autant plus intense pour les deux partenaires, et rares seront les occasions où vous devrez vous interdire la pénétration.

Testez votre périnée pendant l’amour

Vous pouvez demander à votre partenaire s’il sent les contractions de votre vagin autour de son pénis pendant la pénétration. Il saura alors vous encourager à une plus grande efficacité.

Voilà donc l’occasion d’un raffinement supplémentaire de vos relations sexuelles.

Les rares situations médicales où la prudence est recommandée

- si vous avez eu des fausses couches spontanées, les deux premières périodes pendant lesquelles vous auriez habituellement eu vos règles sont des moments de fragilité où la pénétration est déconseillée, car l’œuf n’est pas encore solidement inséré

- après un rapport, quelques pertes de sang ou des douleurs semblables aux douleurs des règles imposent un examen gynécologique; en attendant cet examen médical, vous devez vous abstenir de nouveaux rapports avec pénétration, qui pourraient déclencher des contractions utérines.

Mais, bien sûr, l’impossibilité momentanée de pénétration n’empêche pas les autres plaisirs sexuels, caresses manuelles et buccales, qui entretiennent l’érotisme de vos relations.

Ce premier trimestre peut donc être une période de renouveau de votre sexualité; c’est parfois le moment où la femme découvre l’orgasme, et même la perception de plusieurs orgasmes successifs. La vie amoureuse peut continuer normalement sur le plan physique: psychologiquement, vous vivez tous les deux une extraordinaire métamorphose de votre vie. Si vous êtes attentifs à la vivre ensemble, attendre un enfant vous conduira à une plus grande maturité et à une plus grande complicité amoureuse. Cette complicité affective dans le respect réciproque aura une influence très positive sur la relation triangulaire père-mère-enfant, et donc sur le comportement de votre couple envers l’enfant.

Partagez cette page: Facebook Twitter Pinterest Google Plus StumbleUpon Reddit Email

Laissez un Commentaire