Santé : Nuits blanches à répétition

insomnie et grossesse

Les insomnies en fin de grossesse sont souvent fréquentes. Elles ont plusieurs origines. Tout d’abord votre corps se fait lourd et la position allongée devient inconfortable; ensuite sa régulation thermique étant modifiée, vous vous sentez parfois mal à l’aise dans un lit qui, avant, vous convenait parfaitement. De plus, comme pour beaucoup d’insomnies, des facteurs psychologiques entrent en ligne de compte : la date de l’accouchement approche, vous y pensez beaucoup, peut-être même un peu trop. Ce phénomène est accentué parfois par le vécu des examens échographiques, les commentaires de l’échographiste ou les personnes présentes pouvant provoquer des craintes, faire naître des angoisses responsables des nuits agitées.

Les petits trucs pour bien dormir

Les conseils classiques en cas de réveil nocturne s’appliquent aussi aux futures mamans : manger léger le soir et dormir dans une pièce aérée et fraîche. Ne pas hésiter à changer de lit; bien des futures mamans disent se rendormir facilement sur le canapé du salon simplement enveloppées dans une couverture légère. Certains aliments ont des vertus sédatives : la laitue, le lait, la pomme et l’ail. Les tisanes sont également efficaces, mais attention, la quantité de liquide ingéré oblige bien souvent à se relever la nuit. Sauf anxiété particulière, vos insomnies n’empêcheront pas votre futur bébé de dormir ou d’en profiter pour faire des cabrioles. Votre rythme et le sien sont différents. De même, quelle que soit votre position, vous ne pouvez pas le gêner, le liquide amniotique est là pour le protéger, de plus il " saura " lui aussi, changer de position pour être plus confortablement installé.

Les vertus de la sieste

Si vos nuits sont très courtes, programmez-vous des temps de repos dans la journée : un le matin et un à l’heure de la sieste. Ce n’est pas parce que vous dormez un peu le jour que vous ne dormirez pas bien la nuit, tout au contraire. Enfin, pensez à la relaxation, elle peut considérablement vous aider, tout comme un peu d’exercice physique, marche ou natation, dont les vertus sont particulièrement relaxantes. Évitez les bains trop chauds, ils aident à se relaxer, mais ne sont pas recommandés pour votre circulation sanguine. Vous pouvez, par contre, vous baigner à température normale et ajouter à l’eau de votre bain une huile relaxante. Enfin, des somnolences dans la journée peuvent perturber le bon équilibre de vos nuits. Cette baisse d’attention passagère peut être cause d’une certaine lenteur des réponses-réflexes demandées au volant d’une automobile, par exemple. Vous vous apercevez qu’il vous faut parfois penser à des actes que vous faisiez automatiquement.

Les médecines douces
Si vraiment les insomnies deviennent trop fréquentes et de plus en plus difficiles à supporter, il est recommandé d’en parler à votre médecin, lui seul pourra prescrire un somnifère approprié à votre état. Un principe à ne pas transgresser : ne prenez jamais celui que vous preniez avant la grossesse.
Si vous êtes adepte des médecines dites douces, l’homéopathie, la phytothérapie ou l’acupuncture peuvent se révéler efficaces.
Bien sûr, vous devez tenir compte de l’avis d’un spécialiste. Ces médecines ont la réputation d’être bénéfiques et sans danger.
S’allonger : choisir le bon côté

Certaines d’entre vous ne supportent pas d’être allongées sur le dos à cause des nausées, des vertiges, voire même d’une oppression proche de la tachycardie, que vous ressentez dans cette position. Ces malaises s’expliquent par la compression de la veine cave inférieure par l’utérus, entraînant un phénomène d’hypotension. Dans ce cas, vous devez vous coucher sur le côté gauche, en allongeant la jambe qui est sous le poids de votre corps et en repliant l’autre au-dessus. Vous pouvez aussi glisser un petit coussin sous le genou plié, ainsi votre ventre ne sera plus comprimé. Si vous dormez sur le ventre, vous aurez sans doute quelques difficultés à trouver le sommeil. Il vous faudra vous installer sur le côté, en position « chien de fusil ». La position classique de relaxation peut encore vous aider à bien entrer dans le sommeil.

Homéopathie et sommeil

En homéopathie, la prescription est différente selon le type de troubles du sommeil. Le réveil trop matinal, vers 5 heures du matin, suivi d’une impossibilité à se rendormir se traite avec par exemple Nux Vomica. le réveil en pleine nuit, lui, impose la prise de granules de Thuya. En ce qui concerne la phytothérapie, quelques tisanes, à condition d’être prises au cours de l’après-midi, peuvent être efficaces. Ainsi les phytothérapeutes recommandent un cocktail à base de passiflore, fleur d’oranger, mélisse et tilleul ou encore aubépine, rose pâle, fleur de bleuet et cônes de houblon.

Partagez cette page: Facebook Twitter Pinterest Google Plus StumbleUpon Reddit Email

1 Commentaire

  1. Lucia Meddahi Mohammedi22 Janvier 2013 à 04:09 · Répondre

    C'est un véritable fléau :(

Laissez un Commentaire