Développement du foetus : L’échographie du 3ème trimestre

grossesse et dernière échographie
La date de la troisième échographie

C’est vers la trente-quatrième semaine que votre gynécologue fixe le plus souvent la date de votre troisième échographie, lorsqu’elle est faite à titre systématique :
- avant 32 semaines, l’examen serait un peu trop précoce par rapport à la date présumée de votre accouchement, c’est-à-dire 2 mois plus tard ;
- après 36 semaines, on pourrait regretter de ne pas avoir prévu certaines particularités de votre fin de grossesse.

En prenant votre rendez-vous, précisez le terme de votre grossesse (ou la date de vos dernières règles) et les raisons particulières de votre examen, car la date optimale de rendez-vous en dépend.

Le but de la troisième échographie systématique

Il est double

L’échographiste vérifie que toutes les bonnes conditions sont réunies pour votre accouchement et contrôle à nouveau l’anatomie du bébé.
Comme pour les échographies précédentes, cet examen doit être confié à un spécialiste expérimenté dans l’échographie obstétricale, qui doit vérifier les points suivants, dont dépend le bon déroulement de la fin de votre grossesse.

La croissance de l’enfant : elle est évaluée grâce à la mesure du diamètre de sa tête (diamètre bipariétal), de son abdomen et de la longueur de ses fémurs. On mesure de plus en plus souvent l’indice Doppler au cordon, considéré comme un excellent élément pour juger de la bonne santé du fœtus : cet indice permet d’apprécier le flux de la circulation sanguine dans le cordon ombilical.

La quantité de liquide amniotique, la bonne épaisseur du placenta et sa position : si le placenta est implanté tout prêt du col de l’utérus, le simple fait de l’avoir prévu réduira considérablement les difficultés d’accouchement et les risques de saignement.

La présentation du bébé : si le bébé se présente par le siège, certaines précautions doivent être prises, surtout si vous avez fait votre échographie assez tard, vers la trente-septième semaine car, après cette date, le bébé a peu de chances de se retourner. L’accouchement par le siège demande une vigilance particulière pour rechercher d’autres sources éventuelles de difficultés ainsi que l’évaluation très attentive de la grosseur du bébé et de la largeur de votre bassin.

La recherche d’une malformation : l’anatomie générale du fœtus a déjà été vérifiée au deuxième trimestre, mais il peut y avoir des défauts plus fins, en particulier au niveau du cœur ou des reins, qui ne se révèlent qu’au troisième trimestre. Dans ces cas-là, on préparera des conditions d’accouchement différentes ou une surveillance particulière après la naissance.

L’échographie peut être justifiée par vos antécédents

Vous avez déjà eu une césarienne ou un accouchement difficile : mieux vaut alors attendre la trente-septième ou la trente-huitième semaine pour vérifier la position de l’enfant, sa grosseur probable, la position du placenta et éventuellement la cicatrice de césarienne (au niveau de l’utérus) en recherchant des signes de fragilité, parfois avec une petite sonde introduite dans le vagin.

N’oubliez surtout pas de signaler votre césarienne antérieure (ou une autre intervention antérieure sur l’utérus) car si la cicatrice sur votre ventre est fine, l’échographiste peut ne pas deviner que votre utérus a déjà été opéré.

Votre grossesse présente un problème particulier (diabète, hypertension, retard de croissance du fœtus, toxoplasmose) : la surveillance échographique, parfois hebdomadaire, permettra de savoir si l’on peut attendre la naissance au terme normal ou s’il vaut mieux la provoquer plus tôt.
Vous avez déjà eu un fœtus atteint de malformation : vous serez d’autant plus rassurée par l’examen détaillé de ses organes.

L’échographie ne dispense pas de l’examen radiologique. En effet, celui-ci peut être jugé nécessaire pour mesurer votre bassin.

Le remboursement de la troisième échographie. Elle est remboursée à 100%. Cela signifie 100% du tarif de la sécurité sociale à savoir 73,99€, s’il y a un dépassement de ce tarif, soit votre mutuelle prend en charge, soit vous devez payer, n’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre centre d’examen pour connaître les tarifs qu’ils pratiquent, cela évite les mauvaises surprises.

Elle pourra donc éventuellement être répétée; cette surveillance échographique est certainement l’un des progrès les plus précieux de ces dernières années pour terminer une grossesse dans les meilleures conditions.

Une amniocentèse tardive. Sous contrôle échographique, elle peut encore vous être proposée :

- le rapport entre certains lipides et les protéines dans le liquide amniotique permet d’estimer la maturité des poumons fœtaux, au cas où votre état de santé nécessiterait un accouchement prématuré ;
- on peut aussi estimer le retentissement fœtal d’une immunisation Rhésus (voir « le facteur rhésus « ) en dosant la bilirubine.

Partagez cette page: Facebook Twitter Pinterest Google Plus StumbleUpon Reddit Email

Laissez un Commentaire