Développement du foetus : Les jumeaux et les grossesses multiples

grossesse gémellaire et grossesse multiple

Un médecin m’a dit : « une future maman sur deux se demande si elle n’attend pas des jumeaux ». Or, si la question est fréquente, l’éventualité est rare, elle ne représente qu’1% des naissances et cette fréquence semble d’ailleurs varier avec les races et les climats : elle diminue en effet du Nord vers le Sud (1.5% en Scandinavie à 0.5% sur le pourtour du bassin méditerranéen). Elle paraît également augmenter avec le nombre de grossesses et avec l’âge de la mère. Enfin, et sans qu’il y ait d’explications satisfaisantes à ce phénomène, les jumeaux paraissent plus fréquents dans certaines familles que dans d’autres.

La conception des jumeaux

Il existe deux grandes catégories de jumeaux. Les faux jumeaux sont les plus fréquents (2/3 des cas). Deux ovules sont fécondés par deux spermatozoïdes différents au cours du même cycle menstruel et habituellement au cours du même rapport sexuel. Il en résulte deux œufs différents qui vont se nider l’un à côté de l’autre dans l’utérus.

Chaque œuf a ses annexes, membranes, et placenta distincts. Il n’y a aucune communication entre les deux fœtus, qui ont chacun leur propre circulation. Ils vont donc se développer séparément. Ils aboutissent à la naissance de deux enfants, qui peuvent certes se ressembler, mais pas plus que les frères et sœurs habituels. Ils peuvent, de plus, être de sexe différent. Il peut même arriver que ces enfants n’aient pas le même père. On cite l’exemple classique de la femme blanche mettant au monde à une heure d’intervalle un premier enfant blanc, fils d’un blanc, et un enfant mulâtre, fils d’un père de race noire. Il y avait eu ce qu’on appelle superfécondation.

Dans 1/3 des cas, la conception des jumeaux se fait différemment. Un seul spermatozoïde féonde un seul ovule aboutissant à un œuf unique. Sous l’influence de phénomènes qui nous échappent, cet œuf unique se partage précocément en deux parties égales, en deux œufs qui vont, comme les précédents, se développer ensemble dans l’utérus maternel.

Les fœtus sont entourés par une même enveloppe (le chorion), mais il peut y avoir un ou deux sacs amniotiques, chaque fœtus pouvant être dans son sac ou tous les deux dans le même. Il n’y a qu’un placenta pour les deux. les deux circulations communiquent.

Toutefois, à la différence des faux jumeaux, chaque œuf, issu de la division stricte de l’œuf initial, reçoit un matériel de chromosomes et de gènes absolument identique à celui de son congénère. A la naissance, les vrais jumeaux seront donc des sosies, la réplique exacte de l’autre. Ils auront toujours le même sexe. Leurs empreintes digitales, à quelques détails près, seront identiques. Cette extraordinaire ressemblance peut d’ailleurs ne pas s’arrêter à l’aspect physique, mais porter également sur certains traits intellectuels et psychologiques.

Le diagnostic des jumeaux

La grossesse gémellaire rentre dans la catégorie des grossesses qui sont à surveiller particulièrement. Il y a donc intérêt à faire le diagnostic le plus tôt possible. Cela permettra en plus aux futurs parents de préparer cette double naissance matériellement. le diagnostic est d’ailleurs difficile à faire au cours des premiers mois. Le médecin peut y penser lorsque les malaises habituels de la grossesse sont plus importants que d’habitude. mais ce symptôme n’est pas toujours présent. Parfois, les mouvements de l’enfant peuvent donner une indication : si la future mère a l’impression de sentir ces mouvements partout, et très nombreux, c’est peut-être à cause de la présence des jumeaux, impression qu’elle peut signaler au médecin.

Ultérieurement, en revanche, le médecin est souvent frappé, lorsqu’il examine la future mère, par une discordance entre le développement de l’utérus et l’âge théorique de la grossesse. Dans certains cas, l’examen permet de percevoir deux têtes ou deux sièges, ou encore d’entendre deux foyers de bruit du cœur (c’est pourtant plus difficile qu’on ne le pense).

De toute façon, il reste possible, au moindre doute, d’affirmer définitivement le diagnostic grâce à l’échographie qui permet le diagnostic de la grossesse gémellaire très tôt, dès le 4ème mois de la grossesse.

La grossesse gémellaire

Les malaises et indispositions du début sont plus fréquents, comme nous l’avons déjà dit. De même, l’utérus augmentant plus rapidement de volume, les troubles « mécaniques » dus à la compression de l’utérus, telle l’envie d’uriner apparaissent plus tôt; ils sont aussi plus marqués. La gêne respiratoire est plus grande, les varives risquent d’apparaître plus facilement, etc…

Enfin, si la surveillance médicale et les précautions de régime ne sont pas suffisantes, on peut voir apparaître plus souvent des complications telles que prise de poids excessive, albuminurie, hypertension artérielle.

Mais, bien surveillée, la grossesse a toutes les chances de se développer aussi bien qu’une grossesse simple. Si vous attendez des jumeaux, ne vous faites donc pas un double souci. Soyez seulement deux fois plus attentive aux recommandations qui vous seront faites par le médecin.

Quelques précautions particulières à prendre

  • Faire faire une analyse d’urine tous les 15 jours dès le sixième mois, car les risques d’albuminurie sont plus grands.
  • Voir très régulièrement le médecin, sinon tous les 15 jours, au moins toutes les 3 semaines. Celui-ci prescrira peut-être un arrêt de travail.
  • Se reposer le plus possible dès le sixième mois pour éviter un accouchement prématuré. les grossesses gémellaires se terminent en effet souvent par un accouchement prématuré, car lorsque l’utérus est sur-distendu, il se contracte plus facilement. les statistiques indiquent que 75 à 80% des primipares, et 45 à 65% des multipares accouchent avant terme.
  • Dans la grande majorité des cas, l’accouchement se déroule normalement. Il est un peu plus long qu’un accouchement simple. Il s’écoule de 15 à 30 minutes entre les deux naissances. il est possible que le deuxième jumeau prenne une position insolite et que ceci nécessite une intervention.

  • Il est indispensable que l’accouchement se passe dans un établissement bien équipé.
  • Une remarque pour terminer :

    Si les causes des grossesses gémellaires sont habituellement inconnues, on sait, par contre, que certains traitements prédisposent à ce genre de grossesse. Ces traitements, à base d’hormones destinées à provoquer l’ovulation dans certains cas de stérilité, peuvent aboutir à la survenue de grossesses gémellaires, et même multiples (quadruplées ou quintuplées). En revanche, au contraire d’une opinion couramment répandue, la « pilule » (c’est-à-dire l’association d’hormones utilisées dans la contraception) en est totalement incapable.

    Triplés, quadruplés, quintuplés

    Les triplés : les grossesses triples proviennent, soit d’un seul œuf ayant donné naissance à trois embryons qui seront tous du même sexe (vrais triplés), soit de deux œufs, dont l’un donne de vrais jumeaux, donc du même sexe, et l’autre un enfant de l’un ou de l’autre sexe, soit enfin de trois œufs. Dans les deux derniers cas, il s’agit de faux triplés.

    Les quadruplés peuvent provenir d’un, deux, trois ou quatre œufs. Vrais quadruplés : un œuf a donné naissance à quatre embryons. faux quadruplés : il peut s’agir, soit de deux œufs (donnant deux paires de vrais jumeaux ou de vrais triplés + un frère ou une sœur), soit de trois œufs (donnant une paire de vrais jumeaux et une paire de faux jumeaux), soit de quatre œufs. dans ce dernier cas, aucun des quatre enfants n’a de raison de ressembler à l’autre plus que des frères ou sœurs, car ils proviennent chacun d’un œuf différent.

    Les quintuplés : plusieurs cas sont possibles, sept très exactement suivant qu’il y a eu fécondation d’un, deux, trois, quatre ou cinq ovules.

    Afin de poursuivre votre lecture voici les livres sur le thème des jumeaux recommandés par le Guide Du Moutard :

    Partagez cette page: Facebook Twitter Pinterest Google Plus StumbleUpon Reddit Email

    Laissez un Commentaire