Fréquentes en hiver, surtout chez les plus jeunes, ces infections de la gorge sont le plus souvent bénignes. Cependant, veillez toujours à consulter un médecin pour éviter les complications et les récidives trop fréquentes des angines.

Qui ne s’est jamais réveillé avec un mal de gorge, une difficulté à avaler sa salive et une température qui monte assez rapidement dans les heures qui suivent. Chaque année, au changement de saison ou à l’arrivée de l’hiver, les salles d’attente des médecins se remplissent de patients fiévreux qui se plaignent de douleurs dans la gorge. De plus, chez l’enfant, la fièvre dépasse 39 °C et la difficulté à avaler s’accompagne également de maux de tête ou de ventre.

Les angines : origine virale ou bactérienne?

Première chose à faire : donner du paracétamol à votre enfant pour soulager la douleur et la fièvre, le nourrir de purées et de compotes, faciles à avaler, le faire boire souvent de l’eau et consulter son médecin. Lui seul pourra confirmer le diagnostic d’angine, déterminer sa cause et donc sa gravité. L’angine peut, en effet, être d’origine virale (angine « rouge ») ou bactérienne, la fameuse angine «bactérienne». La première et la plus banale est due à un simple virus : virus influenza, virus respiratoire syncytial, adénovirus ou virus para-influenza. La seconde, plus sévère, est provoquée par une bactérie, le plus souvent le streptocoque bêta-hémolytique du groupe A. Elle est plus redoutée, car cette bactérie peut entraîner des complications sévères telles qu’un rhumatisme articulaire aigu (inflammation des articulations et du cœur) ou une inflammation des reins, cause d’insuffisance rénale.

Pour déterminer si l’angine est virale ou bactérienne, le médecin dispose, outre l’examen physique, d’un streptotest, kit de dépistage rapide du streptocoque. À l’aide d’un écouvillon, sorte de gros Coton tige, le médecin prélève quelques cellules sur les amygdales. Rassurez-vous, c’est totalement indolore. Il plonge ensuite ce prélèvement dans un produit réactif, puis immerge une bandelette dans ce liquide.

Si le test est négatif, l’angine a toutes les chances d’être d’origine virale. Du paracétamol, un collutoire ou des pastilles pour adoucir la gorge et des tisanes chaudes pendant trois à quatre jours suffiront. Par contre, si le test vire au bleu, il est positif : c’est bien un streptocoque qui est à l’origine de l’angine. Du paracétamol bien sûr pour faire tomber la fièvre, mais aussi un traitement antibiotique (pénicilline le plus souvent) pendant 6 jours, s’imposent pour éviter les complications… L’état de votre enfant s’améliorera au bout de 48 heures et il sera probablement guéri en trois jours.

Renforcer l’immunité

Si votre enfant souffre d’une angine virale plusieurs fois dans l’hiver, il est sans doute fatigué et plus sensible aux virus. Ainsi, pour renforcer son système immunitaire(*), votre médecin pourra vous conseiller une cure d’immunostimulants (non remboursés) ou un traitement homéopathique de fond, à prendre toutes les 2 semaines pendant l’hiver.

Quand les troubles cachent une mononucléose…

La mononucléose infectieuse se présente sous la forme d’angines rouges symétriques, accompagnée d’une grande fatigue intense et quelquefois de fièvre et de maux de tête. Seul moyen de confirmer le diagnostic : un dosage sanguin à la recherche du virus d’Epstein-Barr, responsable de cette maladie. Seul traitement: du paracétamol pour soulager la douleur et la fièvre et beaucoup de repos. Heureusement, la mononucléose infectieuse ne se développe que lorsque le virus pénètre pour la première fois dans l’organisme. Il se transmet essentiellement par la salive, d’où son surnom de «maladie du baiser», mais aussi en buvant dans le verre d’un petit camarade infecté.

Notes

(*) Voir la définition de l’immunité sur le lexique de grossesse