Accueil » Grossesse » Santé » Les maux de la femme enceinte au troisième trimestre

Les maux de la femme enceinte au troisième trimestre

Les maux du troisième trimestre de grossesse sont parmi les plus difficiles à supporter pour la future maman. Elle arrive au bout de sa grossesse et doit apprendre à vivre avec un corps qui se prépare à la naissance et un surpoids non négligeable. Voici quelques petits remèdes qui permettront de soulager les désagréments physiques provoqués par l’avancement de la grossesse.

Les douleurs de jambes et de dos, la sciatique

L’utérus pèse de plus en plus sur votre colonne vertébrale, provoquant des douleurs du dos. Une gymnastique, qui tonifiera votre sangle abdominale et vos muscles dorsaux, est très bénéfique.

La sciatique est due à la compression du nerf sciatique, et la douleur irradie depuis la fesse, tout au long de la jambe jusqu’au pied. Le repos au lit, puis les soins d’un kinésithérapeute sont alors nécessaires. N’hésitez pas à demander à votre médecin ou gynécologue des médicaments qui calment la douleur.

Les démangeaisons

Vous pouvez ressentir une envie de vous gratter sur tout le corps et même le visage ; il s’agit du prurit gestationis, spécifique de la grossesse. Le plus souvent, vous serez soulagée par un traitement simple : sirop et crèmes dermatologiques diminuant les démangeaisons. Mais il arrive que ce prurit augmente en fin de grossesse au point de vous empêcher de dormir. Il s’accompagne souvent d’une coloration jaune de vos conjonctives : c’est une rétention de bile due aux hormones de la grossesse. Tous ces symptômes disparaîtront après l’accouchement.

Les saignements de nez

Généralement bénins, ils sont provoqués par la congestion de la muqueuse nasale. Comprimez vos narines la tête en arrière ou placez une petite mèche coagulante. Si ces saignements s’arrêtent difficilement ou s’ils sont abondants, il faut vérifier votre tension rapidement.

Les pertes vaginales

On appelle leucorrhée un écoulement blanchâtre ; il est de plus en plus abondant au fur et à mesure que la grossesse avance, vous obligeant parfois à porter un protège-slip. Tant que ces pertes sont blanches, elles sont bénignes. Maintenez simplement une bonne hygiène grâce à une douche deux fois par jour, mais sans injections vaginales. Évitez de consommer trop de sucre car il favorise l’infection.

Si ces pertes deviennent jaunâtres, verdâtres ou brunes (elles sont souvent accompagnées de démangeaisons), elles peuvent être dues à une infection. Votre médecin demandera alors leur analyse en laboratoire et vous traitera par un gel ou des ovules à introduire dans le vagin. Si l’analyse révèle une maladie sexuellement transmissible, vous devrez vous abstenir de rapports avec pénétration jusqu’à ce que le résultat du contrôle soit négatif.

Ces infections sont souvent récidivantes, vous aurez peut-être à vous traiter plusieurs fois. N’oubliez pas de demander à votre compagnon de se faire soigner en même temps que vous.

Les varices

Elles apparaissent sur les jambes et les cuisses pendant les derniers mois de la grossesse chez les femmes qui ont une insuffisance, souvent familiale, des valvules retenant le sang veineux, ou lorsque la position debout est trop prolongée. L’action de la progestérone accentue la dilatation veineuse. Ce trouble de la circulation provoque des fourmillements et des crampes du fait de la stagnation du sang.

Pour prévenir les varices(1) ou éviter leur aggravation :

  • Prenez des médicaments favorisant le tonus veineux
  • Couchez-vous les jambes légèrement surélevées
  • Évitez la station debout prolongée
  • Se passer de bains chauds et de massages agressifs
  • Évitez les endroits surchauffés, l’exposition au soleil
  • Ne mettez pas de bas ou de vêtements qui entravent la circulation
  • Si vous utilisez des bas à varices, enfilez-les en position couchée.

Les varices auront tendance à régresser après l’accouchement, mais peuvent réapparaître à la grossesse suivante. Vous aurez peut-être alors besoin d’une sclérose ou de la suppression chirurgicale d’une veine.

Les hémorroïdes

Ce sont des varices du rectum et de l’anus, où elles saillent en formant un bourrelet plus ou moins douloureux. Elles peuvent provoquer de petits saignements. Chez la femme enceinte, c’est l’un des maux du troisième trimestre les plus fréquents. Elles surviennent très souvent au moment de l’expulsion du bébé.

Pour éviter ou soulager les hémorroïdes :

  • N’hésitez pas à vous allonger
  • Évitez la position debout prolongée
  • Demandez à votre médecin un traitement local à base de crème et de suppositoires anti hémorroïdaires, antalgiques et anti-inflammatoires
  • Surtout, évitez la constipation

Il arrive qu’un traitement chirurgical soit indispensable après l’accouchement.

La constipation

Elle est d’autant plus fréquente pendant la grossesse qu’à la compression par l’utérus s’ajoute le rôle de la progestérone, qui lutte à la fois contre les contractions de l’intestin et de l’utérus.

Elle aggrave les hémorroïdes, favorise les cystites(2) par le passage de bactéries intestinales dans les urines et provoque des migraines.

Les précautions à prendre :

  • Buvez un litre et demi d’eau par jour : 2 à 3 verres quotidiens d’eau minérale plate riche en magnésium (comme Hépar) facilitent les contractions intestinales ; le matin avant le petit déjeuner, un verre de jus de fruits frais
  • Mangez des fruits (poires, raisins, pruneaux), des légumes, de la salade assaisonnée à l’huile de paraffine, du pain complet, des biscuits au son
  • Faites de la marche et de la gymnastique
  • Installez-vous aux toilettes pendant 10 minutes deux fois par jour
  • Utilisez des suppositoires à la glycérine et des laxatifs doux (mucilages, huile de paraffine), mais jamais de laxatifs agressifs.

Les pertes d’urine

C’est souvent au cours d’un effort ou d’un rire, alors que votre vessie est pleine, que vous perdez quelques gouttes d’urine, parfois un peu plus. Ces pertes sont dues à la compression de la vessie et au relâchement de son sphincter, d’où l’importance du travail des muscles du périnée.

Essayez de vider votre vessie plus souvent pour ne pas la laisser se distendre, mais ne limitez pas vos boissons, vous risqueriez alors une infection urinaire. Si cette incontinence persiste après l’accouchement, vous bénéficierez d’une rééducation spécialisée.

Notes

(1) Voir la définition de la varice sur le lexique de grossesse
(2) Voir la définition de la cystite sur le lexique de grossesse

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.